Criminalité sur internet & arnaque

Dans ce type d'escroquerie, le fraudeur prend contact avec la victime via
- une fausse annonce sur un site officiel de vente en ligne ;
- un site de vente en ligne frauduleux.

Le fraudeur propose de vendre un article à un prix anormalement bas (voiture, gsm, ordinateur, …).
Western Union ou MoneyGram sont généralement proposés comme moyens de paiement. Lorsque le paiement a été réalisé, l'escroc disparaît et ne donne plus de nouvelle.

Dans ce type d'arnaque, le fraudeur passe par une entreprise de livraison ou une société fictive comme intermédiaire dans le but de gagner la confiance de la victime.

Evitez de transmettre des documents d'identité ou des coordonnées bancaires. Ces informations peuvent être utilisées par ces escrocs pour d'autres activités illicites.

Si vous êtes confronté à ce genre d'escroquerie, évitez le contact avec le fraudeur et ne payez rien.

Vous avez été victime ?
Si vous avez été victime, informez-en votre banque et portez plainte à la Police le plus vite possible. Vous pouvez porter plainte sur le site Point de Contact (SPF Economie).
Les fraudeurs utilisent de plus en plus les émotions de leur victime afin de leur voler de l'argent.

Arnaque par lien d'amitié
Dans ce type d'escroquerie, le fraudeur prend contact avec la victime par diverses façons : courriel, site de rencontres, réseaux sociaux, discussions instantanées, etc. Après plusieurs semaines de contact, lorsqu'une relation de confiance s'est installée avec la victime, le fraudeur demande de l'argent pour un voyage en Belgique, un achat quelconque, la prise en charge de la famille, un montant à payer pour une succession, des frais scolaires ou hospitaliers, etc. Après l'envoi de l'argent, le fraudeur ne donnera plus de signe de vie. Si une personne vous approche de la manière décrite ci-dessus, refusez tout contact. Si en outre, les moyens de paiement sont Western Union ou MoneyGram, vous pouvez être certain qu'il s'agit d'une arnaque.

Email SOS
Si vous recevez un mail de demande d'aide urgente de la part d'un ami, vous demandant de l'argent, en général en utilisant Western Union ou MoneyGram, restez prudent. Il est possible que votre ami se soit fait pirater son adresse email. N'oubliez pas d'en avertir votre ami, de préférence en utilisant un autre mode de communication.

Les services SMS surtaxés
Nous voyons apparaître dernièrement, une nouvelle forme d'arnaque. Vous recevez un message d'un ami expliquant que sa boîte email a été piratée et que des mails ont été envoyés à tous ses contacts dans lesquels il est demandé d'envoyer un SMS avec le code 7919 ou 3070 afin de débloquer son GSM, etc. Après envoi du SMS, vous recevez un code par SMS, code que vous devez envoyer à votre ami par MSN. Attention, ce numéro de SMS est surtaxé. Si vous recevez de telles demandes, ignorez-les, il s'agit d'arnaques.

Fausse charité
Vous recevez un message déchirant concernant une catastrophe naturelle ou des enfants gravement malades. Il vous est demandé de verser de l'argent à une organisation inconnue. Ces escrocs abusent de la compassion des gens et exploitent les faits divers de l'actualité pour rendre leurs arnaques crédibles. Si vous souhaitez faire des dons dans le cadre d'actions humanitaires, prenez contact avec des associations caritatives reconnues. Si vous recevez de tels emails, vérifiez bien l'identité des associations ainsi que les coordonnées bancaires qui y sont mentionnées.

Vous avez été victime ?
Informez-en votre banque et portez plainte à la Police le plus vite possible.
1/ Des couvreurs français sont actifs dans notre province pour enlever la mousse des toitures à l’aide de chlore plustôt de produits professionels... une mauvais affaire !

2/ Arnaqueurs itinérants :
- Des histoires au sujet d’arnaqueurs itinérants refont surface chaque année. Des soi-disants couvreurs français, anglais ou irlandais qui sonnent à la porte pour proposer quelques travaux à effectuer. Ils peuvent se mettre au boulot sans même attendre votre autorisation, vous demandent un accompte, livrent un travail mal fait et disparaissent avec le vent du Nord...

- Le programme d’Avis de Recherches FAROEK a déjà consacré un reportage à ce sujet dans le passé :



- Comment gérer ce genre de situations ?
-> N’autorisez aucun travail chez vous !
-> Refusez toute forme de paiement ou accompte !
-> Appelez de suite la Police !
Le phishing est une fraude via Internet par laquelle les fraudeurs essaient d'obtenir des informations sensibles (nom d'utilisateur, mot de passe, numéro de carte de crédit, code de carte bancaire, ...) via de faux e-mails et sites web.
Les escrocs se font passer pour des entreprises d’utilité publique, des supermarchés, des banques et même des services publics ou la police. Il est donc important de rester vigilant !

Comment repérer des e-mails suspects ?
- Les messages sont imprévus, ‘urgents’ et demandent des données personnelles.
- Ils contiennent souvent des fautes de grammaire ou d’orthographe.
- Vérifiez l'adresse e-mail. Un nom de domaine étrange (derrière le @) indique souvent une arnaque.

Que faire avec des e-mails suspects ?
- N’ouvrez pas les e-mails, n’y répondez pas.
- Envoyez-les à suspect@safeonweb.be.
- Supprimez ensuite les e-mails, également de votre corbeille.
- Avez-vous ouvert l’e-mail malgré tout ? Ne cliquez pas sur les illustrations, annexes ou liens vers d’autres sites. Ne remplissez pas de données personnelles !

Avez-vous des doutes sur un e-mail ?
- Contactez l’expéditeur par téléphone pour vous renseigner sur l’e-mail. IMPORTANT: utilisez le numéro de téléphone officiel et pas les numéros mentionnés dans l’e-mail suspect.

Avez-vous passé vos données malgré tout ?
- Est-ce un mot de passe que vous utilisez aussi ailleurs ? Changez-le immédiatement.
- S'agit-il de données de carte bancaire ? Appelez immédiatement Cardstop (070 344 344) pour bloquer votre carte.
- Vous pouvez déposer une plainte auprès de la police locale ou via le site Web https://pointdecontact.belgique.be/meldpunt/fr/bienvenue.
Comment s’opèrent les escroqueries téléphoniques ?
Un vendeur vous téléphone et vous propose une offre alléchante. Il s’agit généralement de bons de réduction, de chèques avantageux pour une chambre d’hôtel ou un voyage, de réductions pour des achats en ligne, d’échantillons de produits de beauté ou de numéros d’essai de magazines. La plupart du temps, le vendeur ne se présente que très brièvement et communique peu de détails sur l’offre. Il vous propose peut-être aussi de tester le produit ou le service gratuitement, ou moyennant un prix dérisoire. A la fin de la conversation, il promet de vous envoyer un récapitulatif de l’offre par e-mail. Cet e-mail n’arrive pas ou atterrit parfois directement dans vos courriers indésirables. A défaut de réaction, vous recevez une facture ou d’emblée une injonction de paiement d’un bureau de recouvrement. Etrangement, cet e-mail, lui, arrive directement dans votre boîte e-mail. Le montant est souvent supérieur à celui qui a été convenu par téléphone. Et même si vous payez, vous ne recevez, la plupart du temps, rien du tout. Ces escrocs opèrent presque toujours depuis l’étranger et ne tiennent pas compte de la liste "Ne m’appelez plus". Les consommateurs inscrits sur cette liste pour éviter les appels commerciaux, risquent donc quand même d’être victimes de ces arnaques téléphoniques.

Comment reconnaître ces appels trompeurs ?
1. Pendant l’appel téléphonique
- Le télévendeur se présente-t-il ?
Dès le début de la conversation, le télévendeur est tenu de décliner son identité et de préciser pour quelle entreprise il appelle. Il doit également signaler que la conversation téléphonique vise à vendre un produit ou un service. S’il ne le fait pas, méfiez-vous et n’hésitez pas à lui demander de le faire !

- L’offre est-elle claire ?
Si le vendeur communique peu de détails sur les caractéristiques, le prix ou la durée du contrat, demandez-lui davantage d’informations. Les offres ou échantillons d’essai gratuits doivent vous mettre la puce à l’oreille.

2. Après l’appel téléphonique
- Le télévendeur travaille-t-il pour une entreprise qui a déjà fait l’objet de signalements ?
Vérifiez le nom de l’entreprise qui vous appelle sur la liste des entreprises au sujet desquelles le SPF Economie et le Centre Européen des Consommateurs ont déjà reçu des signalements. Soyez extrêmement prudent quant aux offres d’entreprises se trouvant sur cette liste. Et même si l’entreprise n’y figure pas, restez vigilant : les escrocs changent fréquemment de nom et n’ont peut-être pas encore été signalés au SPF Economie.

- Avez-vous reçu une confirmation écrite ?
Les télévendeurs sont tenus de vous envoyer un e-mail ou une lettre de confirmation. Sur ce document doivent figurer clairement toutes les informations concernant l’offre et votre droit de rétractation. Si vous n’êtes pas intéressé par l’offre, signifiez-le immédiatement ! Si vous n’avez pas reçu d’e-mail de confirmation, consultez votre dossier de courriers indésirables. Si l’e-mail s’y trouve ou si vous n’avez rien reçu, il s’agit fort probablement d’une escroquerie. Soyez aussi sur vos gardes lorsque cet e-mail ne contient que des informations sommaires et confuses.

- Le bureau de recouvrement qui envoie les injonctions est-il reconnu en Belgique ?
Quelques temps après l’appel ou l’e-mail de confirmation (s’il est envoyé), vous recevez une injonction d’un bureau de recouvrement. Vous n’avez pas à payer immédiatement, vérifiez d’abord que le bureau de recouvrement est enregistré auprès du SPF Economie. Vous pouvez consulter la liste des bureaux de recouvrement enregistrés sur le site web SPF Economie. Si le bureau de recouvrement n’est pas enregistré, il ne peut pas exercer d’activité en Belgique. Vous n’êtes pas d’accord avec l’injonction de paiement du bureau de recouvrement ? Signifiez-le lui le plus vite possible.
Concerne les adresses emails, les profils sur les réseaux sociaux, etc.

Le hacker utilise généralement une méthode de phishing pour obtenir les login et mot de passe de leur victime mais ce n'est pas la seule méthode utilisée.

Si votre mot de passe n'est pas suffisamment « fort », il est également possible de « craquer » ce dernier avec un logiciel adapté.

Evitez de choisir des mots de passe trop simples (1234 ou azerty) ou comme votre date de naissance, le prénom de vos enfants ou qui peuvent être devinés en consultant vos informations publiques (généralement disponibles sur les réseaux sociaux).

Environ 80 % des ordinateurs sont infectés par des malwares (logiciels malveillants), sans que leur propriétaire en soit informé. Ce type de logiciel peut enregistrer toutes les données que vous tapez au clavier, les fichiers consultés, etc.

Ces données sont ensuite exploitées pour envoyer un spam et arnaquer vos contacts.

Le hacking d'un système informatique (site web, serveur privé ou d'entreprise) peut être divisé en deux catégories:
- Le piratage interne : une personne qui accède aux données (au sein d'une entreprise par exemple) afin de les voler, de les modifier ou de les saboter.
- Le piratage externe : il s'agit d'une personne extérieur qui lance une attaque sur un système informatique (exemple : attaque DDOS).

Vous avez été victime ?
Si vous avez été victime portez plainte à la Police le plus vite possible.
Tâchez de récolter un maximum d'informations ou de preuves avant l'intervention de la Police et de déconnecter, dans la mesure du possible, les systèmes qui ont été piratés.
Le principe du phishing (hameçonnage) consiste à attirer un internaute sur un faux site qui ressemble fortement à un site officiel d'une banque. La victime donne ses identifiant, mot de passe, carte de crédit en faisant confiance au site mais ces informations seront exploitées par le pirate. La victime est généralement attirée sur le faux site par un email lui demandant de « vérifier ses informations » suite à un bug informatique ou toute autre raison.

Vous avez été victime ?
- Si vous avez été victime, informez-en votre banque et apportez-lui les messages échangés lors du phishing.
- Changez les codes de votre compte bancaire en ligne.
- Portez plainte à la Police le plus vite possible.
Les rançongiciels sont des logiciels malveillants qui bloquent votre ordinateur ou vos terminaux mobiles et dans certains cas chiffrent les fichiers que vous y conservez. Quand cela survient, vous êtes menacé de ne pouvoir récupérer vos données à moins de payer une rançon. En réalité, il n'y a aucune garantie et vous ne devriez jamais payer!

Pour obtenir des plus amples informations et des avis au sujet des logiciels de rançon, vous pouvez consultez les sites Internet suivants :
- Pour le particulier : nomoreransom.org et safeonweb.be
- Pour une entreprise : nomoreransom.org et cert.be

L'utilisation d'outils de décryptage éventuellement proposés relève de votre propre responsabilité.

Avant de porter plainte auprès de votre police locale, prenez des photos des messages qui apparaissent sur votre écran (p.e. une photo du message où on vous demande de payer une somme d'argent.
La plupart des criminels informatiques utilisent de faux noms pour réaliser leurs méfaits. Dans certains cas, ils volent l'identité d'un proche afin de gagner la confiance de leur victime. Ces identités peuvent être obtenues en piratant une boîte email ou un profil sur les réseaux sociaux.

Ces informations peuvent ensuite être utilisées pour ouvrir des comptes bancaires, réaliser des achats à crédit, faire de la cyber-intimidation, menacer ou diffuser des messages diffamatoires, etc.

Il est important de :
- minimiser les informations personnelles que vous confiez sur les réseaux sociaux ou les blogs,
- ne jamais répondre aux mails de phishing,
- déchiqueter les documents que vous jetez (factures),
- éviter de numériser et de publier vos documents d'identité,
- utiliser un anti-virus à jour et mettre votre système d'exploitation à jour régulièrement.

Vous avez été victime ?
- Si vous avez été victime, portez plainte en ligne à la Police le plus vite possible.
- Tâchez de récolter un maximum d'informations qui pourraient être utiles lors d'une enquête.
Qu'est-ce que le vol par ruse précisément?
Depuis quelques années déjà, un phénomène particulier a fait son apparition. Il est décrit sous le vocable "vol par ruse". Il s'agit d'un vol perpétré de manière insidieuse le plus souvent au domicile de seniors par une personne usurpant l'identité d'un policier, ou d'un ouvrier d'une compagnie d'eau ou d'électricité (dans la majorité des cas recensés). Ces auteurs profitent du prestige que leur confère leur fausse qualité pour subtilement laisser s'introduire un complice dans l'habitation et ainsi commettre un vol. Ce phénomène recouvre de multiples modes opératoires, qui vont du faux agent de police, aux faux travailleurs, en passant par l'utilisation de prétextes fallacieux. C'est une des raisons pour lesquelles ces faits sont difficilement détectés. Néanmoins, la prise de certaines mesures simples de prévention peut considérablement diminuer le risque de commission d'un tel acte.

Conseils préventifs pour éviter un vol par ruse !
- Ne laissez pas apparaître sur la sonnette que vous vivez seul(e) (par exemple: veuve X). Mentionnez uniquement votre nom de famille.
- Il est recommandé tout d'abord d'installer une chaîne à la porte. Il s'agit d'un premier obstacle pour les voleurs et cela permet à l'occupant de l'habitation de parler de manière relativement sûre avec une personne qui se présente à la porte.
- Méfiez-vous des colporteurs qui vous montrent leur marchandise à l'entrée de votre porte (tapis, draperie, ...). Ce subterfuge est souvent utilisé pour camoufler la perpétration d'un vol.
- Méfiez-vous des inconnus qui sonnent à votre porte et demandent quelque chose à boire ou à manger. Ne les laissez surtout pas entrer chez vous.
- Exigez la carte de service de votre visiteur (s'il ne la montre pas automatiquement). N'hésitez pas à lui demander de la glisser sous la porte. S'il n'a pas de carte de service, refusez toujours l'accès.
- Gardez le numéro de téléphone de la police locale près de votre téléphone. Quand quelqu'un sonne à votre porte et prétend être de la police, téléphonez à la police et demandez si le nom donné par l'agent en question existe et si cet agent est de service.
- Ne téléphonez surtout pas au numéro de téléphone que vous donne l'agent. Il peut s'agir du numéro d'un complice.

A qui s’adresser en cas de vol par ruse ?
Si malgré tout, vous êtes victime d'un vol par ruse, tenez compte des conseils suivants:
- Déclarez immédiatement le vol.
- En cas de vol de valeurs et de bons de caisse, prévenez immédiatement la banque et faites opposition. Cela empêchera les auteurs de s'emparer du butin.
- Il se peut que les voleurs aient laissé des traces. Ne touchez à rien jusqu'à l'arrivée sur les lieux de la (vraie) police.

Un procès-verbal est dressé et la description de l'/des auteur(s) est diffusée aux autres services de police. La police fédérale dispose d'une cassette vidéo sur laquelle les auteurs de tels faits sont connus. Elle est à la disposition des services de police chargés de ces enquêtes. La police est attentive à l'aide aux victimes. Nous ne pouvons dès lors que conseiller d'y faire appel.

En savoir plus ?
Consultez la brochure : Le vol par ruse, ne vous laissez pas duper!