Racisme: Message du Chef de corps

Cher citoyen, chère citoyenne

Les événements aux Etats-Unis qui ont mené au décès d’un habitant de la ville Minneapolis,ne nous ont pas laissé indifférents. Les images parlent d’elles-mêmes et fûrent commentés activement dans nos rangs. La mort de Georges Floyd a provoqué une contestation mondiale à l’égard de violence policière et dans laquelle les extrapolations n’ont pas été évitées et sont mêmes encouragées.

Chaque fonctionaire de police engagé est d’accord pour désapprouver la brutalité policière excessive et raciste ainsi que le racisme. Ceux-ci ne sont pas tolerable dans la police.

Le racisme est un état d’esprit et nous ne pouvons pas le détecter. Nous pouvons par contre agir effectivement lorsque cela s’exprime en faits et actions, et nous sommes convaincus que c’est ce que réalise la police intégrée. Nous constatons cependant, qu’a côté d’une foule silencieux, qu’un groupe de personnes discutant imperturbablement et sans retenue, en rue et dans les médias, identifie « la » police avec le racisme et la brutalité raciste. L’expression « all cops are bastards » en dit assez. Nous constatons l’effet de désapprouvement des propos pareils chez nos collaborateurs policiers et par extension, même chez nos collègues administratifs. Certains parmi nos jeunes recrues réagissent ainsi dans les médias sociaux et amorcent des groupes et organisations qui tentent de tirer profit de cette campagne de diffamation contre la police en l’approuvant sur les médias sociaux (« I like »).

Les syndicats réagissent également et c’est une bonne chose en soi, mais ce qui nous manque, c’est une réction formelle du côté de la Police Intégrée.

Lors de la réunion des Chefs de Corps et de la police fédérale de Hal-Vilvorde, il fut décidé d’ adresser cet écrit avec appel à une réaction sage et encourageante de la police intégrée par laquelle nous tendons la main aux citoyens désirant réagir, mais lançons également un appel au respect envers la police, envers les femmes et les hommes derrière l’uniforme. Pour dire presque littéralement la réalité n’est pas « noir contra blanc, ni la police contra le reste,… »

La police intégrée est axée sur la communauté et ne peut accepter que la communauté la rejette.